Les élèves de l’atelier Presse internationale interviewent le Directeur

Collège Chavagnes

Publié le 18 11 2022

Ateliers - Projet

Interview menée par Faustine R., Juliette H. et Oscar H. dans le cadre de l’Atelier Presse internationale.

Comment s’est passé votre rentrée ?

Elle s’est bien passée, j’ai eu un bel accueil de toutes les équipes qui sont sur l’Externat et Chavagnes. Comme pour vous, il y a toujours un peu d’appréhension, de peur, mais il faut se faire confiance. En plus, il y a de très très belles équipes.

Qu’est-ce qui vous plaît particulièrement à Chavagnes ?

Quand on arrive la première fois à Chavagnes, ce qui flatte le regard, c’est l’architecture imposante du bâtiment : l’intérieur, l’extérieur, une très belle chapelle, le cloître… On sait tout de suite qu’on s’inscrit dans une histoire. Une communauté religieuse était là, des élèves sont passés par là, on est dans la continuité. C’est ça aussi qui m’intéresse : on vit avec une histoire mais on est aussi tourné vers l’avenir.

Que faisiez-vous avant d’être directeur de cet établissement ?

Les 3 dernières années j’étais aussi chef d’établissement dans un plus petit collège sur Ligné. Avant cela, j’étais directeur adjoint du Collège Lycée St Joseph à Ancenis pendant 12 ans.

Qu’est-ce que vous aimiez bien là-bas ?

J’ai aimé ce que j’ai fait sur Ancenis et j’ai adoré ce que j’ai fait sur Ligné parce que sur Ligné c’était un tout petit collège, je connaissais à peu près tous les élèves. Chavagnes ressemble par sa structure un petit peu à ce collège de Ligné au sens où ça reste un collège à taille humaine, où on arrive à connaître les personnes. J’attache beaucoup d’importance au lien avec les personnes.

Pourquoi vous avez choisi ce poste ici à Chavagnes ?

C’est la Direction diocésaine qui m’a demandé de venir ici et m’a confié cette mission. La Direction diocésaine, ce sont les chefs des chefs d’établissement. L’évêque est d’abord mon chef mais comme l’évêque ne peut pas tout faire, il délègue ses pouvoirs au directeur diocésain qui va ensuite nommer tous les chefs d’établissement du diocèse de Nantes. S’il m’a demandé de venir ici, c’est parce qu’il a estimé que le travail que j’avais fait à Ligné était bien. Je vois mon arrivée à l’Externat-Chavagnes comme une chance : Chavagnes comme l’Externat des enfants nantais sont des fleurons, l’élite de l’élite.

Vous avez quoi comme projets pour Chavagnes ?

Pour Chavagnes, il y a déjà 2 gros projets sur le plan de la construction : réhabiliter toute la restauration et rendre l’accueil plus agréable. Sur le plan pédagogique, je souhaite que l’ouverture à l’international soit encore plus marquée. Donc avec l’Externat-Chavagnes, on va entrer dans ce qu’on appelle un consortium pour permettre aux élèves de voyager plus facilement à travers l’Europe, quasiment gratuitement. Aujourd’hui, quand vous partez en Allemagne, en Irlande, en Espagne, vos familles payent ; avec ce consortium on veut vous permettre d’aller facilement à l’étranger parce que je pense que l’ouverture au monde aux autres est extrêmement importante.